La formation

Se former sur des thèmes transversaux : quels intérêts dans une étude d’huissier de justice ?

Gérer à l’accueil un débiteur mécontent d’une saisie attribution pratiquée sur son compte bancaire ;  négocier difficilement un échéancier avec un débiteur ; rendre compte à un important client de l’étude du travail accompli dans la gestion de ses dossiers… Voilà en quelques mots des situations vécues quotidiennement dans les études d’huissier de justice et pour lesquelles le code des procédures civiles d’exécution ne donne pas de processus ou de solution. Si les connaissances juridiques et les savoir-faire sont des pré-requis indispensables au bon exercice de l’activité au sein d’une étude d’huissier de justice, ils demeurent toutefois peu utiles lorsque le terrain du conflit, de la négociation, de la relation client doivent être envisagés. Pendant de nombreuses années, l’accent de formation a été placé sur la « rédaction d’actes et la maitrise inconditionnelle de l’article 648 du code de procédure civile ». Si ces priorités demeurent au stade des fondamentaux professionnels, l’évolution de la matière confiée aux huissier de justice impose d’aborder d’autres domaines de savoirs communément regroupés sous l’anglicisme « skills » pour « compétences ».

« Développons-nous Ensemble ! »

En effet, le développement des modes alternatifs de résolution des différends va imposer au sein des études une maîtrise plus poussée de la communication voire de programmation neuro linguistique (PNL). L’essor du recouvrement amiable (par définition sans contrainte possible) impose une maitrise parfaite des techniques de négociation. Le regroupement des contentieux et le secteur concurrentiel dans lequel évolue la profession d’huissier de justice suppose une attention toute particulière aux donneurs d’ordre pour ne pas les appeler « clients ». Une autre évolution de la profession qui connait de plus en plus de regroupements d’études, de mise en réseaux nécessite au sein des équipes une organisation et une gestion des équipes qui passe nécessairement par la connaissance des bases du management. Enfin, parce que l’humain est au cœur de ce métier, les situations difficile, éprouvantes, tendues ou violentes imposent pour chaque salarié d’une étude une prise en compte de son stress et les outils doivent être donnés à chacun pour en assurer la gestion.

C’est à partir de cette analyse que l’École Nationale de Procédure en partenariat avec Elansité, spécialiste de ces matières, propose depuis fin 2018 différentes formations destinées aux salariés des études et portant sur – la négociation – La relation client – La communication – La gestion du stress – le management au quotidien.

Articles en rapport

Dialoguer